Courrier du coeur
de l'amour dans votre boîte aux lettres
Veuillez sélectionner un formulaire valide




Blog

L&K : De l’autre côté du miroir

Il est droit comme un i, ses lunettes encadrent ses yeux rieurs. A ses côtés, elle guette dans son regard la moindre réaction.
Elle a des étoiles dans les yeux dès qu’elle y pense, il a des doutes dès qu’elle lui en parle.
« La cérémonie d’engagement, je ne sais pas si c’est vraiment fait pour moi. Pas trop de romantisme cheesy ? C’est pas trop mon truc tu sais »

De mon côté, il y avait cette date que j’avais fluotée sur mon agenda. Vingt cinq août, les cinq ans de ma fille. Je m’étais fait la promesse de n’officier ce jour-là qu’en cas de gros coup de coeur.
Et pan ! Ils m’avaient visée en pleine poitrine.
Quelques jours plus tard, en bleu sur la même page : cérémonie d’engagement Laurine & Kevin.

DE L’AUTRE CÔTÉ

du miroir

Ils m’ont filé un double des clés. Celui qui ouvre le trésor de leur histoire d’amour. On a remonté à la surface chaque joyau.
A chacune de leurs réponses, j’avais le coeur qui faisait des doubles salto arrières. La poésie de Laurine, sa façon bien à elle de voir le monde et d’être au monde. Le choix des mots, la musique de ses phrases. Elle sait si bien parler de l’amour, de leur relation.

Les confidences de Kévin, à chaque tour de clé : une pépite. Dire que quelques mois avant, il doutait d’aimer raconter me confier ses sentiments , de parvenir à trouver les bons mots.
Et rire sous cape quand il m’envoie la réponse à un questionnaire et quelques minutes après un message pour me dire :  » en fait, ça m’a donné envie d’écrire encore. Je peux compléter ? ».
Il s’était pris au jeu. Et j’ai tant adoré le lire, c’était tendre et tellement drôle. !

ET LE

vingt cinq août

Je faisais les cent pas en les attendant. Je poireaute et tomate à la fois. Le rouge me monte vite aux joues dès que je songe à ce que nous allons vivre.
Je lève les yeux au ciel, le vent était en train de tourner. Il me semblait entendre le froufroutement des nuages contre le ciel gris. Une couche moelleuse de cotonnade pour mieux retenir le grain.
Il ne manquait plus que mes deux soleils qui ne devraient plus tarder. Au loin, j’entendais chanter les klaxons.

Un courant continu me traverse, le samedi est décidément une petite planète électrisante. Les mots sont conducteurs, j’en suis convaincue. Reste à savoir s’ils rebrancheront le courant direct dans les cages thoraciques, s’ils éclaireront à jamais les mémoires. Je n’attends plus que de voir débarquer tous ces voyageurs d’un jour. Et dans quelques minutes, je verrais briller les étoiles en plein jour. Dans quelques minutes, c’est la conquête spéciale.

DEUX BRAS ONT SUFFI POUR FAIRE A MA VIE

un grand collier d’air

S’il y a bien une chose que j’ai adoré chez Laurine c’est sa poésie et ses références.
Trouver dans ses voeux un peu d’Aragon, un poème extrait de son oeuvre « Le roman inachevé ».
Un roman inachevé. C’est un peu mon sentiment à chaque fois que je ferme les guillemets. Le mariage n’est pas une fin en soi, c’est un passage. Tout est à construire, à vivre, à partager. Tout commence.

Cette citation n’est pas un hasard. Elle illustre à merveille tout ce que lui donne à vivre et à penser sa relation.

LES

rituels

La main sur le cœur ou le cœur sur la main…Un rituel comme un fil rouge, à chaque prise de paroles, les proches ont pu tisser d’un bout de laine ce coeur pointé. La magie de voir apparaître au fur et à mesure la toile de leur joli réseau, de tous ces liens tissés entre eux.

Ils ont cette habitude, chaque soir. Une tasse de thé fumante, de l’amour à infuser lentement et à savourer à deux sur le canap’.
Un rituel de vie de couple, sans doute même une manière de se parler d’amour, sans aucun mot.
Comme un clin d’oeil au chapitre de Lewis Carroll, un thé chez les fous…d’amour.

les discours

des proches

J’ai beau savoir ce que renferme les discours de proches, j’ai toujours hâte de vivre ces moments.
J’ai toujours cette impression qu’ils viennent offrir des pochettes surprises. Les bras chargés d’un joli message secret, enrubanné de leur voix émues. A mesure que les minutes passent, on découvre le contenu.

On sait bien que les gens nous aiment, mais on ne sait pas tout ce que ça contient d’émotions, de souvenirs, de sensation.
Pourquoi ils sont importants pour nous.
A mots couverts, bien planqués derrière une anecdote, ou bien à cœur ouvert, pour la première fois, ils osent.
Et il n’y a rien à faire, ça me rend toujours incroyablement émue d’assister à ces moments-là.

La première fois que j’ai lu le discours des parents de Laurine, j’ai chercher sur Google une méthode efficace pour accélérer le temps. J’avais tellement hâte de les entendre de vive voix.
Une pépite de discours à deux voix ou comment passer des rires aux larmes en quelques tournures de phrases. Le papa de la mariée en a profité pour chambrer son gendre, pour entourer de toute sa tendresse nos mariés. C’était un moment comme je les adore.

J’ai tellement ri en découvrant le discours de sa maman. Elle racontait non sans malice comment un jour, un grand brun avait débarqué dans leur vie, comment elle qui avait décidé d’arrêter de fumer a filé acheter un paquet. Comment elle a vu sa fille s’éloigner et s’épanouir au coté du grand brun mystérieux. Et puis un jour, une voix grave au petit déjeuner  » Bonjour Madame ».
Et moi, quelques pas derrière, je n’en perdais pas une miette. Je suis une guetteuse d’impact dans ces moments-là. J’attends le rebond des mots, la trace qu’ils dessinent sur les visages. Bouilles à fossettes, bouilles à facettes, quand ça dessine des jolis sillons autours des lèvres et des yeux.
Et je me fais chiper, par un geste tendre aussitôt après. Comme pour l’encourager et l’entourer de tout son soutien, les mains du Papa de Laurine qui viennent croiser celles de sa maman, le bras qui l’entoure pendant qu’elle serre fort son mouchoir de papier.
Personne ne voit, personne sauf moi. Et comme je suis heureuse quelques semaines après de découvrir que Patricia aussi avait saisi cet instant-là.

Et grâce à leurs proches, des jolis moments nous en avons tant partagé. Des parents facétieux, des témoins qui ne manquaient pas de peps, des frangins qui nous ont collé la chair de cocotte (comme la chair de poule mais sur son trente et un).
J’en garde un souvenir tatoué là, quelque part dans mon coeur.

LES MOTS

de Kévin

Coucou Julie.
Qui aurait pu croire qu’une plume si discrète, tout en finesse et en douceur, aurait pu laisser une emprunte si forte sur notre mariage? Honnêtement moi, mais pas à ce point. Tu as été absolument parfaite et je tiens à t’en remercier du fond du coeur. Tu sais à quelle point cette ceremonie était importante à mes yeux, à tout point de vue, et tu as dépassé mes rêves les plus fous. La fierté et la joie dans les yeux de nos proches resteront à  jamais gravés en moi. Les mots ont flotté dans l’air, quelques larmes ont coulé et tellement de sourires ont rayonné. Merci à toi pour tout cela et pour tout le reste. En esperant te revoir bientôt pour discuter autour d’un verre.
Kevin, un marié comblé, heureux d’avoir croisé ton chemin.

LES MOTS

de Laurine

Plume,
Je viens d’ouvrir les yeux, le week end est fini et comme tout le monde me le disait je n’ai rien vu passer! et maintenant que vais je faire! Je vais commencer par remercier les personnes qui ont embellie notre journée…et bien sûr, c’est une évidence que je commence par toi.
Alors ça y est, je t’écris un dernier discours même si je regrette de ne pas avoir trouvé le temps de plus échanger avec toi après la cérémonie. Je me remémore chaque moment, je revois chaque image.
Tes paroles et celles de mes proches résonnent dans mon coeur. Je voulais te remercier pour avoir fait de notre mariage un moment si particulier et si féerique, tu as réussi à  réaliser le rêve que j’avais depuis toujours… tu m’as fait un choc au coeur comme la première fois que j’ai pu te lire et que j’ai su que ça serait toi qui nous unirait.
Je suis restée dans une bulle hors du temps…ce coup-ci il avait arrêté l’heure à l’heure de notre cérémonie. J’ai absorbé chacune des paroles…je revivais notre histoire minute après minute…tout était vrai, tout était sincère…j’aurai aimé que l’heure ne redémarre jamais. Je ne pouvais pas espérer mieux.
Plume, j’ai l’impression que tu me connais depuis toujours. Je te remercie pour tes mots, pour ton soutien, pour ta gentillesse, pour ton sourire, pour tout.

Tu as marqué ma vie, tu as rajouté une couleur dans mon coeur.

4 novembre 2018
Mariage folk inspiration slave au Coco Barn Wood Lodge