Courrier du coeur
de l'amour dans votre boîte aux lettres
Veuillez sélectionner un formulaire valide




Blog

E&L: une cérémonie haute en cooleurs

A me lire en binge-watchant mes récits de cérémonie, vous vous dites sans doute « mais alors, elle n’a que des coups de coeur ? ». Sachez que tout est question de choix profonds. Je choisis les couples que j’accompagne, ils me choisissent pour conduire leur cérémonie.
Le lien est toujours singulier, jamais semblable d’un couple à l’autre.  L’envie sincère d’être à leurs côtés est mon moteur. Je ne sais pas vraiment fonctionner autrement qu’au coup de coeur.
Mes plus belles aventures ont toutes pour dénominateur commun une histoire de feeling partagé, d’emblée.
Elisa et Laurent s’inscrivent en profondeur dans ces lignes là.

CHANGEMENT D’ITINERAIRE

Faites demi-tour

Ma rencontre avec Elisa et Laurent c’est l’histoire d’un hasard, d’un quiproquo et d’une coïncidence imprévisible. L’histoire d’un courrier du coeur aiguillé sur une mauvaise voie…
A chacun de ses mots qui dansait sur mon écran, j’entendais galoper l’envie instantanée de lui répondre. Je sentais les mots sous mes doigts qui ne demandaient qu’à courir sur mon clavier.
Dernier paragraphe, la douche froide. Elle ne cherchait pas une officiante de cérémonie, elle cherchait une wedding planer. Mon sourire fait du yo-yo, il vient de remonter en un coup sec.
Mais naaaaaaan !

Je lui ai répondu, en lui ouvrant mon carnet d’adresses de prestataires que j’adore et en lui souhaitant bien de jolies rencontres, non sans avoir un petit pincement au coeur.
L’histoire pourrait s’arrêter là, ça m’arrive parfois les erreurs d’aiguillage. Sauf que c’est précisément là que tout a commencé.
Elle m’a réécrit quelques jours plus tard, pour me demander de lui parler de mes cérémonies.
Parce que le feeling entre nous était si fluide, parce qu’il n’y a pas de hasard mais que des rendez-vous, des trouvailles et des retrouvailles.
La suite vous la devinez aisément, quelques jours plus tard ils venaient à ma rencontre sur un salon du mariage. C’est comme ça que tout a démarré et qu’une de mes plus grandes aventures de 2018 me tendait les bras.

Coaching

vitaminé

Hasard de calendrier, ce jour-là j’officiais à une dizaine de kilomètres de leur lieu de cérémonie. Pour une fois, je savais que juste après avoir trinqué avec Fanny et Hugo, je pourrais sauter dans ma voiture et filer embrasser Elisa et Laurent, et notre duo d’officiants.
Le choix s’était imposé comme une évidence : confier la conduite de leur cérémonie à leurs deux frangins. Deux personnalités totalement différentes réunis par la même envie chevillée au coeur de rendre cette cérémonie inoubliable.

Des semaines durant, j’avais plaisir d’entendre leurs voix joyeuses au bout du fil, l’humour jamais loin, la tendresse et l’affection pour les mariés à portée de mot.
La veille, je suis allée à leur rencontre sur le domaine.
A l’heure où l’on achève la déco et l’on trinque en petit comité, eux n’étaient pas autour de la table. Ils étaient au secret des vieilles pierres de la grange du Domaine des Deux Eaux, les textes en main, à répéter une toute dernière fois pour le lendemain.
J’ai souri en découvrant la scène, dans ce théâtre caché, juste quelques heures avant de jouer un des grands rôles de leurs vies. Je les ai quitté en me disant que ces deux-là allaient laisser tant d’empreintes dans les mémoires.

Les jours de cérémonie, au fond de moi, c’est le grand chamboulement. Les prénoms des officiants me reviennent en boucle, les mots tintent au loin et tourbillonnent dans ma tête.
Je les sais prêts, mais l’est-on jamais assez ? Je les sais prêts à endosser leur costume d’officiants d’un jour, mais je sais aussi qu’ils ne savent rien des émotions qu’ils vont recevoir en retour. De ces échanges de regards qui se gravent durablement, des réactions juste après.
J’espère que la musique de mes mots va matcher avec le rythme de leurs voix, et dès le petit matin, quelque part en moi, se déclenche un compte à rebours.
J’attends. J’attends le petit message qui viendra l’arrêter. Vous n’imaginez pas combien j’entends battre en silence les heures après samedi, 18H30.
Et quand l’écran s’allume, mon coeur d’artichaut s’effeuille un peu plus à chaque caractère.

 

LE DECLIC

à des milliers de kilomètres

Un voyage en Birmanie, ls ont réservé un guide pour découvrir une ethnie, celle des femmes girafes. Ils participent à un programme d’échange culturel, en contrepartie, ils pourront passer un long moment à s’entretenir avec une doyenne du village.
Au fil des échanges, il est une question qui leur tenait à coeur. Ce jou-là, ils fêtaient les cinq ans de leur couple.
« Quel est le secret de la longévité d’un couple ? » Et la réponse qu’elle leur donne va tout changer.
« Rire ensemble »
Tout s’éclaire. Il est là, le déclic que Lolo attendait.
Parce qu’il n’y a rien qu’il n’aime tant que rire avec elle. Depuis toujours.

 

 

To the moon

and back

Leur mantra.
En référence à ces soirées passées à scruter les étoiles filantes, à chaque soirée passées loin de l’autre cinq nuits par semaine, à se donner un rendez vous imaginaire et onirique chaque soir dans un texto. Un rendez-vous sur un nuage toujours différent.
La poésie de leur quotidien rythmé par la distance de deux job. La constellation de leurs liens tangibles, en reliant les points on voit se dessiner la trajectoire de plans qui ne sont plus tirés sur la comète.
Un rituel collectif pour symboliser le lien qui se tord, s’étire mais ne rompt jamais entre eux.   Depuis leur mariage, les voeux ont été exaucés. Les voilà réunis sous le même toit, chuchotant aux étoiles la liste des prénoms de cet enfant qui viendra à l’automne.

les discours

des proches

A l’heure où je rédige ce billet doux, un an est passé. Et pourtant, je n’ai rien oublié des interventions de leurs proches.
De ce courrier trouvé dans ma boîte aux lettres, l’écriture hésitante et manuscrite, témoignant d’un temps tendrement désuet. Le discours des grands parents d’Elisa, ces grands parents dont elle m’avait tant parlé.

De ce mail qui avait pour objet : tentative de discours…qui m’a bouleversé. Les mots vibrants d’un Papa qui ouvrait son coeur en grand. Une merveille de discours, rare et précieux.

De la voix pétillante d’une de leurs amies. J’ai dû rire avec elle deux secondes à peine après lui avoir dit « Oui, allo ? ». Sa joie de vivre et de célébrer cette cérémonie était si contagieuse.

De ce discours d’une amie d’enfance, nostalgique du cool. De cette amitié dont les contours débordent sur les frontières toutes proches de la famille. Et de sa dédicace musicale pleine de sens : « Toi le frère que je n’ai jamais eu »…de Maxime Leforestier.

De ce discours d’une soeur, que l’on serre fort contre soi en guise de conclusion.
Tant d’amour, de gratitude et de bienveillance les entourent.

 MOTS

des mariés

Ton intervention invisible a été précieuse pour la réussite de notre mariage. Tu es la marraine fée qui rend les choses belles et vivantes.

Il y a cette photo que j’adore. Ce détail qui ne m’échappe pas : le sourire béat sur le visage de mon promis.

Nous venions tout juste de terminer la cérémonie, de boire notre shoot d’amour, de vivre cet instant sous le prisme de toutes les émotions, de savourer chaque instant  car nous savions que ce serait fulgurant et beau comme les étoiles filantes que nous avions tant attendues aux prémices de notre histoire.

Merci pour ton soutien de tous les instants. C’était généralissime. Ta cérémonie sera le souvenir le plus fort de notre union. Merci beaucoup, beaucoup. Longue vie à Plume !!!

CREDIT PHOTO

Julie Barats

20 mars 2019
L&K : De l’autre côté du miroir